Une incroyable aventure humaine !

Nous arrivons à Téhéran en pleine nuit et après les formalités nous rejoignons Mohammad, Haji et Neda pour nous rendre à Chelgerd à 600 km de là. Il fait froid et il neige, après 1 h de trajet l'autoroute est recouverte de 20 cm de neige. Première émotions quand nous effectuons un beau 720 avec arrêt sur la barrière de sécurité centrale entre deux semi remorques... plus de peur que de mal, nous repartons avec les chaines et 14 h plus tard nous arrivons à destination.

Premiers contacts avec la famille Iranienne qui nous accueille dans leur maison.
La météo est vraiment exécrable les 3 premiers jours avec neige, vent et brouillard. Le bon coté de ne pas avoir de carte fiable est que l'on ne peut pas se perdre puisque qu'on ne sait pas où l'on est ! 
Ensuite ce sera un festival de beau temps et de poudreuse mais là n'est pas le coeur de ce voyage. En effet chaque soir dans une famille différente ce sont d'incroyables rencontres que nous avons vécues. Grâce à Neda notre interprète aussi fraiche et joyeuse qu'efficace nous avons pu tisser des liens forts avec nos hôtes. Nous avons partagé leur vision de ce pays fabuleux qui malgré son régime réussi à conserver une soif de vivre, une histoire, une culture hors du commun.
Je tiens à remercier particulièrement Mohammad pour son organisation irréprochable, Neda sans qui la communication aurait été plus délicate, Haji pour ses bon petits plats, son humour, Negard pour son accueil et sa connaissance sans limites d'Isfahan et tout ceux qui nous ont accueilli pour une nuit, un thé, une conversation, un sourire...

Neige dès le début !

Photo de famille !

Surtout ne dites pas à Haji que Neda fume...

La bétaillère.

Séance photo pour Blaise chez le photographe/chauffeur local

C'est par où la sortie ?

Yeah cow boy !

Pas trouvé le pont...

La bergerie qui nous a abrité pour deux nuits.

Ispahan une ville à ne pas manquer.
Facebook icon

Séjour en relation

Derniers articles

Sur les traces d’Albert Precht

Des nombreux voyages que j’ai fait en Jordanie, le nom d’Albert Precht est celui autour duquel à régné le plus d’admiration et de respect. Toutes les ouvertures qu’il a faite là bas sont empreintes de grandeur, de qualité et d’engagement. La subtilité des itinéraires et l’éthique irréprochable avec lesquelles ils sont ouverts forcent le respect.